Articles - The Voice of Garanganze:  The Writings of Patrick Kalenga Munongo

Main Page About the Author Articles Contact the Author Links

 

Opération militaire conjointe dans la RDC et
La Réhabilitation des Agresseurs
Article écrit il y a quelques semaines
May 21, 2009

 

Si la situation dans la RDC ne vous a pas encore donné le tournis, vous êtes bien fortuné. Entre 1997 et 2008, et maintenant 2009, il y a eu tant de retournements, tant d’éléments nouveaux, qu’il devient difficile de se retrouver dans ce capharnaüm de statistiques : autant de morts, autant de femmes mutilées, autant de déplacés, etc. Dans nos moments de confusion, il ne faut cependant pas perdre de vue les nombreux défis qu’il nous reste à relever, et se rappeler que c’est de nos oncles, mères, pères, familles et compatriotes que nous parlons. 

Nkunda n’est plus une menace directe, mais tant qu’il n’est pas dans les geôles congolaises ou à la Haie, le peuple congolais continuera à se poser des questions sur ces lois internationales sélectives.  Quel message envoyons-nous aux peuples africains? L’ONU a déjà démontré, sans grandes conséquences, que Nkunda jouissait de l’aide rwandaise. Une fois de plus, parce que cela arrange certains, on va laisser filer en toute impunité ceux qui tuent, et avilissent l’Afrique et son image ?

Maintenant que Nkunda a ‘quitté’ la scène, qu’en est-il des viols de nos concitoyennes dans l’est? Ces crimes odieux vont-ils cesser ? Quand est-ce que l’incivilité est-elle devenue acceptable ?

 

Entre-temps l’armée congolaise conduit des opérations conjointes avec l’armée rwandaise, sur le sol congolais, dans le but d’affaiblir les rebelles ayant trouvé refuge

 

 au Congo. Opération réelle ou bien tentative de se réhabiliter au plus vite, aux yeux du monde, et même aux yeux de certains congolais ?

Dans tous les cas, cette opération militaire conjointe est un cadeau en or pour le Rwanda et l’Ouganda, car elle leur permet de se montrer comme collaborateurs alors que ces mêmes pays étaient ‘belligérants’ il y a à peine quelques mois.  D’aucuns diront, si le gouvernement congolais s’imbrique dans cette opération conjointe, c’est que les agresseurs n’avaient pas si tort après tout. Et voilà le tour est joué. Si réhabilitation il y a,  elle ne peut être légitime que si le Rwanda et l’Ouganda s’en tiennent à pourchasser les rebelles Hutu. Mais dès qu’ils se remettront, comme ils le font déjà officieusement, à piller les richesses du Congo, le monde, une fois de plus, aura vu leur bluffe. Mais quelles sont les conséquences de ces exactions? L’impunité règne.

Malheureusement, cela sous-entend que le sang des milliers de congolais aurait été versé en vain. L’africain est magnanime, souvent à tort, car ceux qui commettent les crimes contre lui, souvent des africains, le savent et abusent de sa qualité noble.  Faut-il pardonner si hâtivement sans qu’aucun compte n’ait été rendu ? Ca serait travestir l’histoire et apporter de l’eau au moulin du Rwanda et de l’Ouganda.


"This Website contains personal views and experiences,
and if you would like to duplicate/quote any of the information, we ask that you honor the author".